Aller au contenu principal

Kiosque

Des maisons à géométrie variable !

Des innovations technologiques modulables selon le contexte
Parce qu'elles font partie intégrante de notre quotidien, les innovations technologiques nous accompagnent partout : ce sont nos compagnons du dehors comme du dedans. D'où la nécessité qu'elles puissent s'adapter à différentes situations. Les ordinateurs et les téléphones portables sont les plus représentatifs de cette mobilité et de cette flexibilité généralisées. Mais pas seulement...

Nombreux sont les objets qui, pour s'adapter aux besoins de tout un chacun, doivent faire preuve de souplesse... Par exemple, le casque Hexound de Lie Zhong-Fa est modulable en fonction de l'usage que l'on souhaite en faire. Quoi de plus rageant en effet que d'avoir envie de faire partager à ses amis un morceau de musique que l'on est en train d'écouter, casque sur les oreilles ? Hexound est un casque modulable, dont les deux parties peuvent se détacher pour pouvoir écouter de la musique à plusieurs et en simultané. Autre exemple : Wild Charge de Pure Energy, une plateforme sans fil apte à charger plusieurs portables en même temps : finis les fils emmêlés, les prises occupées et l'envie rageante de piquer à son frère son chargeur lorsque l'on a égaré le sien...

Ces deux exemples sont représentatifs des innovations technologiques de notre siècle qui doivent répondre aux exigences d'un quotidien urbain, rythmé par la mobilité, la flexibilité ou la diversité des situations... Les objets, comme l'agencement des pièces d'une maison, doivent suivre ces principes pour séduire. Ils répondent à de nouveaux besoins des familles. Or, les familles d'aujourd'hui ne sont plus les mêmes qu'en 1960 ni qu'en 1980...

Dis moi comment est ta famille, je te dirai comment sera ta maison...
L'image d'un couple uni pour la vie avec des enfants quittant le foyer pour voler de leurs propres ailes le plus tôt possible, ressemble à une vieille carte postale élimée... Aujourd'hui, il existe de plus en plus de familles reconstituées : la configuration des lieux de vie nécessite donc une plus grande souplesse afin d'accueillir les enfants d'un(e) autre. L'instabilité du marché du travail, comme l'allongement du temps des études, incite souvent les enfants à rester vivre chez leurs parents... C'est le phénomène Tanguy, mis en lumière par Etienne Chatilliez dans son film sorti en 2001. Quant au prix des loyers, en augmentation croissante depuis plusieurs années, il ne laisse parfois pas d'autre choix aux étudiants que d'opter pour la colocation.

De la flexibilité du sol au plafond
Pour toutes ces raisons, les habitations comme les équipements doivent faire preuve de flexibilité, afin de pouvoir s'adapter à de nouvelles exigences en un tour de main.

Cela donne des créations comme Flatshare, créé par Stefan Buchberger, un réfrigérateur constitué de quatre modules qui permet à chaque colocataire d'avoir son propre espace de stockage. Ou encore Pop space, de Matali Crasset, dessiné pour Espace loggia : une chambre modulable, où les mêmes éléments peuvent être agencés différemment afin de s'adapter aux besoins du nourrisson, de l'enfant ou bien de l'adolescent.

Pour en savoir un peu plus sur ces habitations à géométrie variable, nous avons interrogé l'architecte Jean-Nicolas Fay, qui travaille essentiellement sur les problématiques du logement.

De quelle façon l'architecture s'adapte-t-elle aux structures familiales d'aujourd'hui ?
Avant d'imaginer des systèmes flexibles complexes, il convient d'être très attentif, au moment de la conception du logement, à différents scénarios d'occupation, à plusieurs situations d'usage que l'on projette en fonction de ces types de familles. C'est un point fondamental. La configuration des chambres, par exemple, peut varier en fonction de la structure de la famille.

En concevant un espace avec trois chambres, on peut ainsi projeter trois scénarios de vie possibles : une chambre isolée des autres chambres sera idéale pour un jeune adulte souhaitant vivre à l'écart de ses parents, mais elle peut aussi faire office de « chambre refuge » pour les parents qui souhaitent vivre à l'écart de leurs deux enfants devenus grands, ou encore de bureau pour un jeune couple avec enfant qui préfère investir la chambre juxtaposée à celle de leur nouveau-né.

L'architecte doit réfléchir à ces différents modes d'appropriation de l'espace.

Quels moyens utilisez-vous pour rendre les logements plus flexibles ?
Dans le cadre d'une réhabilitation de logements sociaux, nous avons conçu un système de panneaux pivotants permettant, lorsqu'on le désire, d'avoir une pièce en plus pouvant être affectée à différents usages.
Quand les surfaces le permettent, les séjours peuvent ainsi être scindés en deux parties par un système simple et robuste de panneaux pivotants. Ce dispositif permet par exemple de transformer un coin repas ouvert sur le séjour en un bureau ou une chambre d’appoint. Cette souplesse rend possible différents scénarios de vie comme l’arrivée d’un enfant, le travail à domicile, l’accueil provisoire d’un membre de la famille ou le cas particulier des familles recomposées.    

Quelles sont les idées atypiques auxquelles vous avez songé ?
Il y a plusieurs années, j'avais travaillé sur un projet de maison dans laquelle on pouvait moduler un grand espace avec des éléments mobiles... J'ai su par la suite que l'architecte Shigeru Ban avait créé une maison sans cloisons, où les chambres sont des petites boîtes sur roulettes, déplaçables à loisir... Grâce à ce système, on peut, soit agencer les boîtes pour créer une série d'espaces resserrés un peu labyrinthiques, soit libérer un grand espace en calant les boîtes d'un seul côté. On peut également sortir les boîtes dans le jardin pour pouvoir dormir dehors à la belle saison...

Quelle place faites-vous aux nouvelles technologies dans votre travail ?
Aujourd'hui, on peut intervenir à distance sur le confort de son logement. C'est une liberté supplémentaire, allant de pair avec la mobilité professionnelle : songeons au fait que, désormais, on peut par exemple remettre en chauffe son logement depuis son téléphone mobile... Avec les nouvelles technologies, on peut tout imaginer finalement : celle de fermer tous les volets de son logement en un seul clic... Ou celle d'actionner l'ambiance lumineuse de son choix enregistrée dans son mobile.

Rêvons un peu et imaginons qu'en appuyant sur des touches différentes, il sera peut-être bientôt possible d'avoir sa chambre tamisée par une lumière douce, éclairée par une lumière vive, ou colorée par des ampoules de couleurs...

Dates de publication:  21/04/2013

Commentaires

Portrait de clio_Td

Je suis a fond dans la domotique et on peut adapter une ambiance en un clic, allumer la tv, baisser la lumière, etc...

Portrait de catala

la domotique non trop de domotique tue l homme

Portrait de karim

La géométrie variable est jolie sur le papier, mais c'est difficile à mettre en pratique, difficile à réaliser et à entretenir, sans oublier que c'est aussi coûteux que d'investir dans un autre logement!

La domotique s'installe de plus en plus dans les appartements pour des raisons écologiques, mieux gérer sa consommation et mieux régler le temps de mise en marche et d'arrêt des différents postes de consommation chez soi, et tant mieux

Portrait de Alonzo

Merci.