Aller au contenu principal

Kiosque

Le virtuel : si loin, si proche...

Le virtuel s'est installé dans notre quotidien. Petit tour d'horizon de ce nouvel univers !

Il y a plusieurs années, des films comme Tron, Matrix ou eXistenZ sidéraient les spectateurs. Les héros glissaient plus ou moins volontairement dans une autre réalité qui obéissait à des règles qu'ils ne comprenaient pas. Comme les frontières entre monde réel et monde virtuel étaient floues, les personnages ne savaient plus où se situer. Les passerelles permettant le passage d'un monde à l'autre suscitant autant d'angoisse que d'espoir.    

Aujourd'hui, le virtuel n'est plus seulement l'apanage du cinéma ou de la littérature : il a envahi nos vies. Quasiment tous les champs de notre existence ont leur petite parcelle de réalité virtuelle : les loisirs (avec notamment les jeux en 3D), la mode et la beauté (avec les cabines d'essayage virtuel), l'e-commerce (avec notamment les supermarchés en ligne), ou encore le tourisme (avec certains sites enrichis de « réalité augmentée »)... Certains de ces univers nous facilitent la vie, en nous évitant de courir comme le lapin d'Alice au pays des merveilles. D’autres nous permettent de créer du lien et de renforcer le tissu relationnel, instaurant une nouvelle convivialité.
Visitons ces univers du troisième type.

Le virtuel : un « plus » pour faire ses achats
Le virtuel ne connaît pas les limites de l'espace et du temps. Les grandes marques l'ont compris : nombreuses sont celles qui proposent, sur leurs sites, des « compléments » virtuels. A l'époque où le « manque de temps » est une plainte partagée par le grand nombre, la création d'un espace virtuel pour éviter de courir dans les magasins ou d'essayer réellement 25 produits avant de faire son choix, a de quoi séduire...

On peut toucher du doigt la magie des grandes marques de vêtements ou de bijoux en effeuillant de notre souris leur catalogue virtuel et même, en essayant quelques-unes de leurs pièces.

Par exemple, Boucheron, sur son site, permet aux curieux d'essayer montres ou bagues. Il suffit d'avoir une webcam et une imprimante pour créer un bijou de papier, qui s'enrichira de l'image d'une de leurs créations.

Certains opticiens (Ray Ban, Krys, Atol, Glasses Direct...) mettent en ligne sur leur site un « miroir virtuel » pour permettre à leurs clients potentiels d'essayer différentes montures avant de faire leur choix. Une idée que l'on retrouve chez Shisheido avec le « miroir numérique » : au Japon, plusieurs grands magasins sont équipés de cet appareil qui permet aux aficionados du make-up d'essayer virtuellement rouge à lèvres, blush ou fard à paupières sans se peinturlurer la peau. Ce miroir magique permet en outre de réduire le gaspillage des produits de maquillage utilisés comme "testeurs".

Côté décoration, certains sites (But, Achatdesign.com, Madeindesign.com ou Rendez-vous Déco) usent de l'application Playviz pour permettre à leurs clients d'installer virtuellement chez eux les meubles pour lesquels ils ont un coup de cœur.

Augmentons la réalité !
Tout ces outils servent ce que l'on appelle la « réalité augmentée ». Cette méthode permet d'incruster du virtuel dans une séquence d'images réelles afin d'enrichir la réalité. C'est un « plus », un complément de réalité, un outil permettant d'acquérir de nouvelles connaissances. L'exemple des sites patrimoniaux est particulièrement frappant : à l'Abbaye de Cluny, des bornes ont été installées afin de permettre aux visiteurs de voir dans quel état se trouvait l'abbaye au XVe siècle ; à Cherbourg, en téléchargeant une application sur son smartphone ou sa tablette, on peut faire renaître, virtuellement et en 3D, le château-fort aujourd'hui disparu. Le lab'Orange vous avait également proposé de découvrir sous un autre angle le chef d’œuvre de Louis XIV et de son jardinier Le Nôtre grâce à l'application « Jardins de Versailles » !
Les téléphones portables nouvelle génération sont des sésames permettant d'accéder à une autre réalité... Cette « réalité augmentée » porte bien son nom : le virtuel incrusté dans notre monde bien réel lui donne un « plus », il l'augmente, l'enjolive, l'enrichit. Pour accéder à cette réalité supplémentaire, il suffit de pointer son téléphone là où l'on souhaite en savoir plus... Citons pour exemples l'application Pocket Universe qui permet de mettre un nom sur une constellation ou Wikitude AR Travel Guide pour avoir des informations pratiques sur l'endroit dans lequel on se trouve (bons coins où se restaurer, histoire des monuments...)    

Second Life : irréel ou réaliste ?
A ses débuts, Second Life avait plutôt des allures de jeu coloré, en 3D, permettant aux participants de faire évoluer leur avatar dans des contrées imaginaires et de discuter avec d'autres personnages virtuels égarés dans la nature. Petit à petit, cette réalité virtuelle créée de toutes pièces et donc, irréelle, s'est enrichie... Elle a pris du poids en s'alimentant de données de notre réalité.

Les marques se sont implantées dans Second Life afin de se rapprocher un peu plus de leurs clients : au début, seul le très coloré American Apparel était présent ; depuis, IBM, Toyota ou L'Oréal ont pris leurs quartiers dans cette seconde réalité. Les débats et les conférences se sont multipliés... L'univers de la politique s'en est mêlé. En 2007, des partis de candidats à l'élection présidentielle (N.Sarkozy, F.Bayrou, D.Voynet, J.Bové, etc. ) y ont ouvert leurs bureaux de campagnes virtuels.

Plusieurs groupes se sont alors constitués pour manifester leur refus de voir la politique envahir Second Life : cet univers virtuel devait garder son petit grain d'irréalité et ne pas prendre les traits de notre univers réel... En d'autres termes : malgré des passerelles évidentes, pas de confusion possible, le virtuel n'est pas le réel...

Une proximité qui ne connaît pas la distance
Les réseaux sociaux sont bâtis sur une réalité virtuelle sociale : une toile de relations s'étend dans un espace virtuel qui n'a pas de limites. Souvent accusés d'être des palliatifs faciles aux relations sociales et amicales, Facebook et ses confrères génèrent pourtant du lien. On peut se sentir virtuellement très proche de ses « amis » sur Facebook qui vivent de l'autre côté de la planète. Des individus peuvent très bien n'entretenir aucune relation de voisinage et attacher de l'importance aux relations nouées avec des personnes qu'ils ne côtoient pas, qu'ils n'ont jamais vues, avec lesquelles ils n'ont aucune proximité. C'est l'heure du « prochain numérique », pour reprendre les mots de l'artiste Maurice Benayoun.
Dans certaines de ses créations, cet artiste contemporain s'appuie sur le virtuel pour montrer que la rencontre peut advenir par le biais des réseaux informatiques. Ainsi, en 1995, les visiteurs du musée d’Art Contemporain de Montréal et ceux du Centre Georges Pompidou à Paris étaient amenés à creuser chacun de leur côté un tunnel virtuel pour se rencontrer. Deux ans plus tard, l'artiste a mis au point un tunnel Paris-New Delhi : à chaque extrémité, les visiteurs creusaient dans un volume de matière fait d’images constitutives du passé commun de la France et de l’Inde.    

Comme chaque visiteur était filmé en train de creuser, son image était projetée, lui permettant de voir son voisin et même de discuter avec lui ! De cette façon, M.Benayoun montrait que la proximité ne résidait pas seulement dans un rapprochement spatial...

Dates de publication:  18/04/2013

Commentaires

Portrait de herisson08

Très intéressant l'idée de m. Benayoun!

Portrait de catala

rien ne remplacera le reel pour se faire une idée ! sauf si on connait le produit en vrai

Portrait de karim

Il y a aussi le film CLONES, des personnes chez eux font intervenir partout un robot qui les remplacent pour toutes les tâches, très impressionnant et fait rêver, mais ça fait peur aussi!!

Et jusqu'à où ira le progrès? à mon avis, il n'y a pas de limite!!

Portrait de toto42460

Bien

Portrait de Alonzo

Merci.