Aller au contenu principal

Kiosque

Vivement le CES 2017 - first flavours...

Cette année encore, le CES sera prolifique, massif, inouï, parfois bling bling, à l’image de sa ville hôte. Et cette année encore, nous aurons droit à une bonne dose de bashing de ce rendez-vous sans pareil, sans commune mesure : « foire aux gadgets, essoufflement, saturation, inutilité, la tech pour la tech, etc... ». Mais plus encore que les années précédentes, le CES 2017 verra se succéder à Vegas le gotha de la planète, tant le numérique s’est immiscé au cœur de toute stratégie d’organisation humaine, à la base de toute souveraineté moderne. Initialement porté par le hardware, ce rassemblement suit la courbe vertigineuse de sa transformation en intégrant désormais les autres dimensions du numérique que sont le software (machine et deep learning, réalité virtuelle, sécurité) et la communication. Et puisque la « commoditisation » de notre économie s’accélère et que les pays émergents - au premier rang desquels la Chine – ont émergé, ils viendront tous - Industriels, business women & men, géants et futurs acteurs clefs du monde issu de la révolution internet, politiques et acteurs institutionnels et associatifs - prendre le pouls de l’économie de l’innovation, celle qui prend aujourd’hui le relais de la création de valeur, avec des effets de leviers souvent planétaires.

Comme l’explique Guillaume Villon de Benveniste, adepte de la méthode « jobs to be done », l’innovation qui rencontre un marché est avant tout une innovation « utile », qui « simplifie nos vies quotidiennes ». De ce point de vue, le CES 2017 défie l’imagination, et souvent, c’est vrai, la raison. Mais si les innovateurs étaient totalement raisonnables, ils ne se lanceraient probablement pas avec fougue et conviction dans leurs entreprises. Cette édition concentre ses bataillons remarquables sur la simplification de nos modes de vie, et explore dans la continuité des précédentes sessions, un arsenal de solutions pour atténuer les déficiences physiques ou mentales, améliorer le suivi santé de chacun, aider les plus jeunes à appréhender les règles de ce nouveau monde numérique, vous plonger dans des réalités virtuelles ou augmentées saisissantes et souvent ludiques, statiques ou en mouvement, à votre initiative ou autonomes et à votre service. Le monde qui se dessine par touches impressionnistes à travers cette visite peut inquiéter par certaines de ses dimensions ; il inspire également une confiance renouvelée dans la capacité des entrepreneurs à fournir à l’humanité les moyens de son émancipation, les solutions aux crises majeures identifiées, tant économiques, que sociales, politiques ou environnementales.

Que retenir du menu gargantuesque de CES 2017 ?

1. Les technos numériques pour atténuer certains handicaps ou déficiences

Commençons, une fois n’est pas coutume, par ceux qui ressemblent a priori aux premières victimes de ce nouveau monde multi-augmenté, toujours plus rapide et potentiellement source de fractures sociales profondes : les publics handicapés ou déficients. J’ai adoré les meilleures promesses 2017 !

A commencer par Leka, ce jouet pour enfants autistes en forme de sphère qui se déplace sur le sol, interagi oralement et par changement de couleur et de physionomie : il n’est qu’à constater l’attention générée auprès des enfants pour comprendre qu’une nouvelle source de communication et de progrès se manifeste. J’ai également en tête le sourire de ces aveugles testant le prototype de Blitab, cet Ipad tactile, véritable interprète du surf sur le bout des doigts. Dans ces deux cas, la qualité de l’expérience se lit par la transformation du visage des utilisateurs, instantanée… Rien de gadget là-dedans. Pour les aveugles toujours, je retiens Aipoly et Imagry, deux logiciels d’intelligence artificielle permettant la reconnaissance vidéo temps réel des objets via un smartphone. Orcam associe quant à lui sa caméra à son logiciel d’IA (Orcam MyEye) pour proposer un assistant personnel aux malvoyants, capable encore une fois de lire les textes et de reconnaître des objets.

La société Aryballe a pour sa part investigué le sens olfactif et propose un nez artificiel permettant de détecter et interpréter les odeurs.

Enfin, côté auditif, Resound annonce des prothèses auditives connectées intelligentes et adaptables de façon très fine en fonction de l’environnement, de l’usage et de l’utilisateur. Là encore, un sourire vaut tous les feedbacks.

2. Nos enfants, les futurs architectes du nouveau monde

Si ce monde d’innovations numériques, rapide et changeant, peut s’apparenter à un fluide, les enfants y évoluent-ils tous comme des poissons ? Probablement à condition d’avoir appris à nager dès le plus jeune âge. C’est ce que se propose de faciliter Ozobot et Samlabs, sous la protection de Xooloo. Pour avoir fait l’acquisition d’une série d’Ozobots, je peux témoigner du caractère magnétique de ce robot jouet programmable auprès des tout petits. Ces jolis micro modules mobiles changent de couleur selon celle des traits dessinés sur une feuille, peuvent voir leur comportement modifié, et tout cela de façon extrêmement simple. Mais si Ozobot s’apparente plus à un jeu, Samlabs permet de passer à l’étape suivante grâce à des kits IoT connectés et une application pour apprendre la programmation. 15 briques différentes telles que des lumières, des moteurs ou des boutons à assembler avec une connexion sans fil constituent une bonne base pour agiter l’imagination et personnaliser ses projets.

Et comme nos enfants et ados méritent qu’on les protège, Xooloo présente un coach digital qui contribue à l’indépendance des enfants dans leur vie digitale responsable ainsi qu’à la compréhension et à la contribution de leurs parents.

3. Réalité virtuelle ou augmentée, encore besoin d’un pilote dans le drone

Quelle transition plus naturelle que celle de la Réalité Virtuelle (RV) et des jeux, pour personnes adultes cette fois. Ne sommes-nous pas tous restés de grands enfants ? Faute est de constater que la pédagogie passe aussi souvent pour nous par une plus grande « gamification » des parcours. Rien ne manque en 2017, avec une finesse accrue de l’expérience virtuelle qui avait déjà été sérieusement mise en scène l’an dernier par le casque HTC Vive (le système de réalité virtuelle de HTC basé sur un casque et deux joysticks localisés au millimètre par deux lasers dans une pièce et un lien filaire du casque à un ordinateur véloce ; la précision du laser et la puissance de calcul qui assure une mise à jour vidéo temps réel vous immergent dans un monde ultra fluide et attrayant : plus de nausée en reposant le casque et l’impression d’une demi-heure passée trop vite, en cinq minutes...). Les applications de serious game, de formation, mise en situation, promotion et jeux semblent immenses et disponibles dès maintenant comme par exemple avec Tilt brush de Google qui vous installe au centre d’un espace de peinture en 3D. Pourtant, le virtuel ne remplace pas complètement les sensations réelles. Aussi, Hypersuit vient cette année ajouter un simulateur de vol en RV avec sensation de vitesse du vent, le battement des ailes ou des bras, vibrations et rotation.

A l’opposé de ce système très sympa mais lourd et couteux, j’ai été frappé par le drone sur base d’avion en papier de Poweruptoys qui allie donc une feuille de papier rigide, un petit moteur de drone avec caméra et une application de pilotage via un casque retransmettant les images du drone dans un sens et les mouvements de votre tête de l’autre. Conception très design et « jugaad » s’il en est : « minimum is maximum! ».

Toujours sans bouger et si vous préférez la commande aux pieds, 3Drudder met à votre disposition sous forme d’un plateau circulaire, encore optimisé par rapport à la version de l’an dernier, une véritable alternative au joystick. Au-delà des applications ludiques, l’architecture ainsi que d’autres domaines B2B pourraient profiter de cette technologie.

Idem pour Xenoma qui imagine grâce à son Tshirt connecté un usage quotidien dans un contexte bien-être et santé.

Pour les grands sportifs, ou adeptes d’exploits solitaires, Gethover a tout prévu pour vous immortaliser : ce drone appareil photo et vidéo suit son sujet en hauteur avec une caméra 4K et 13MP embarquée ainsi qu’un algorithme d’intelligence artificielle. Côté GDU-Tech, le drone est pliable, logeable dans un petit sac à dos et pour autant non moins d’excellente qualité. Si une caméra vous suffit, optez pour la française Giroptic avec sa captation 360° diffusable live ou sa concurrente Insta360 pour android.

4. Se simplifier la vie, un point c’est tout !

Dans le registre de la vie quotidienne, imaginez Budee, le caddie autonome de 5ElementsRobotics, vous suivre alors que vous faites vos courses et renter seul depuis la voiture sur le parking. Votre bracelet Uconekt d’authentification multi facteurs (biométrie, reconnaissance vocale et éléments sécurisés) vous aura précédemment permis de payer et de déclencher toute une série de services en totale sécurité, dont par exemple la préparation de vos courses de frais, alimentées par votre caméra pour frigo Smarter.

Sur un autre domaine de corvée, une fois votre linge sec, la machine robotisée Foldimate, faute de vous le laver et de vous le sécher, le pliera et éventuellement le parfumera, vous le rendant prêt à être rangé dans les armoires. Vous pourrez alors vous remettre de vos efforts sur un Sleep Number’s 360, lit intelligent qui suivra dans ses moindres détails de mouvement et de respiration, votre sommeil afin de l’optimiser dynamiquement via un algorithme d’IA. De futurs développements sont attendus en lien avec vos traqueurs d’activité physique, d’alimentation, et probablement avec Sleephones, ce bandeau qui vous fait dormir en musique et qui rappelle en plus basique le casque souple de sommeil du français Dreem.

5. Du wellness à la santé, il n’y a qu’une appréciation

Comment qualifier l’amélioration du sommeil mentionnée précédemment ? A vous de juger, mais dans le registre du bien-être, il devient perceptible qu’entre une santé parfaite et une santé dégradée, la prévention et le coaching deviennent une tendance de fond, à même d’adapter les comportements, de façon précise au cours du temps. L’accessoire pour smartphone Eyeque a par exemple été designé pour que chacun puisse tester la qualité de sa vue à tout moment, à coût nul au-delà de l’investissement initial. Dans le même registre, mais dentaire cette fois, la brosse à dent électrique Getprophix intègre une caméra vidéo et enregistre l’évolution apparente de vos dents. Himirror analyse de son côté votre peau et apparence générale pour vous conseiller sur les traitements appropriés en fonction de l’évolution de la météo et de la pollution à venir.

Philips ne s’y trompe pas en lançant Avent uGrow, un système connecté pour suivre bébé, ses évolutions de santé sur une plateforme data et recevoir des conseils.

6. Et les gadgets alors ?

Toutes ces mesures vous fatiguent ? La vie peut aussi se vouloir légère, hors de la matrice, juste fun, non ? CES 2017 va vous ravir... Enfilez pour commencer des chaussures lumineuses Wize&Ope. Elles vous indiqueront sur un vélo s’il faut tourner à droite ou à gauche en clignotant en conséquence, et correspondront au dernier chic en personnalisant vos messages lumineux. Notez qu’elles n’observent aucune incompatibilité avec le déplacement sur skate électrique à une roue de Jyro, lui-même lumineux et équipé d’un phare de sol pour la nuit. Une fois arrivé à destination, vous pourrez sortir de votre sac ou de votre poche votre écran parapluie SPUD (The Spontaneous Pop-up Display) d’Arovia pour disposer d’une projection sur une surface de 24 pouces ultralégère. Si vous préférez un projecteur, la star cette année s’appelle Xgimi. Mon conseil : adjoindre à la projection une immersion sonore littéralement « comme au ciné » avec le casque de 3DSoundLabs qui simule de multiples points distants d’émissions sonores. Plus visuelle et sans doute plus gadget, l’enceinte sans fil Crazybaby qui fait léviter le haut-parleur au-dessus de sa base.

7. Un assistant pour fédérer la maison connectée

Logistique quotidienne, bien-être et santé, gadgets sympas, mais aussi domotique intelligente de la maison, à piloter tel un chef d’orchestre, que dis-je un maestro... Quel casse-tête en perspective !

Il faut déjà reconnaître le maestro au milieu des hôtes de la dite maison... Pour cela, Koova, la caméra robotisée d’Amaryllo, doit pouvoir faire l’affaire. Elle saura faire le bilan de qui est passé et même leur adresser des messages, y compris aux intrus. En assistant chef d’orchestre, il faudra tester Heyolly ainsi que l'interface video interactive WooHoo de Smartbeings, annoncées comme des intelligences de deep learning capables de s’adapter à chaque utilisateur en fonction de ses habitudes domestiques. Et enchaîner avec holi.io pour optimiser son réveil et le début de sa journée (trafic, météo, etc...).

8. Le travail n’étant pas fini, le CES a pensé à lui

Une fois au travail, rien de tel que de s’extraire d’un environnement perturbé pour retrouver sa concentration. Les écouteurs d’Orosound qui embarquent une technologie d’annulation de bruit sélective et directionnelle ont été conçus pour maîtriser le bruit à 360° des espaces de travail open space.

Il vous restera néanmoins à écouter le bruit du « dark web » pour savoir si la confidentialité de vos activités est minimale. Cybelangel a déjà convaincu plusieurs grands comptes internationaux grâce à son savoir-faire en la matière (LVMH, Deutsche Bank, Sanofi) et s’associe à des partenaires tels IBM ou PwC pour le promouvoir. L’avant-vente est parait-il assez funky ;) Non,.. vous n’imaginez pas…

Une bonne solution pour sécuriser et fiabiliser ses documents et messageries peut d’ailleurs venir de technos blockchain, et c’est ce que nous verrons avec Keeexi.io.

9. En attendant l’année prochaine et les vraies voitures autonomes...

15% de gain du temps des actifs et plus d’1,2 millions de morts sur les routes chaque année, cela s’appellera une vraie disruption. Mais en attendant la voiture autonome généralisée, le CES 2017, va nous optimiser l’existant.

BMW tient la corde une nouvelle fois cette année avec son système Holoactive Touch system. Cet écran tactile virtuel flottant à retour de pression devrait interpréter les mouvements de doigts pour commander la voiture sans contact avec une surface physique rigide.

Honda qui n’est pas un habitué du CES devrait faire sensation avec son « NeuV concept » basé sur un moteur d’intelligence artificielle en charge d’une relation plus humaine entre l’homme et sa voiture.

Bosch sera plus traditionnel avec une innovation moto constituée par un écran LCD de contrôle associable à son smartphone.

Enfin, Quanergy devrait encore accélérer le mouvement de masse vers la voiture autonome que nous sommes nombreux à attendre impatiemment dans nos rues. Son radar « Lidar » de nouvelle génération, à même de détecter, classer et traquer tous les objets de l’environnement, pourrait bien devenir un composant essentiel de l’industrialisation de ce futur méga marché.

10. ...pour une meilleure planète !

Il ne vous aura pas échappé que les particules fines sont bien présentes dans les grandes capitales du monde : une raison de plus pour accélérer le mouvement d’un meilleur stockage des énergies renouvelables, ainsi que des voitures électriques et autonomes. Alors, dans la catégorie « meilleure planète », mon favori est PlumeLabs et son capteur de particules fines en quatre catégories. Car, non, il n’est pas toujours raisonnable de courir au milieu des voitures...

Et quand vous aurez trouvé le bon créneau pour votre footing, vous serez heureux de prendre une bonne douche avec Hydrao et d’être informé par le changement de couleur de votre jet d’eau que votre consommation vient de passer un seuil ou un autre. Pour être responsables, restons connectés sous la douche, même sans électricité !

Publié par Luc Bretones - EVP Technocentre & Orange Vallée
le 30 décembre 2016 sur LinkedIn

Dates de publication:  04/01/2017

Commentaires

Portrait de villeminot

Toujours au top, avec pleins d’innovations très intéressantes.

Portrait de Alonzo

J'aimerais bien y aller.

Portrait de atoun13

De belles idées!